Post Tenebras Lux
de Carlos Reygadas
Sélection officielle
En compétition

Prix de la mise en scène






Le malheur est dans le pré

On savait que l'auteur de Bataille dans le ciel et Lumière silencieuse était un cinéaste exigeant, apte à saisir l'animalité des corps et les tourments de l'homme, rural ou urbain, à travers une cohérence stylistique qui force le respect. L'esthétique de Reygadas est toujours fidèle aux longs plans séquences contemplatifs qui ont fait la force de tout un cinéma contemporain, le sien bien sûr, mais aussi celui des Angelopoulos, Tarkovski et autres Béla Tarr. La déception et l'agacement suscités par le présent pensum n'en sont que plus manifestes. Au Mexique, Juan et sa jeune famille ont quitté la ville pour s’installer à la campagne où ils essaient de trouver le bonheur, mais ils se heurtent à un monde qui envisage la vie sous un autre angle. Le doute de Juan est justement de savoir s'il pourra trouver une complémentarité dans cette altérité. Celui du spectateur est de tenter de décerner les véritables intentions du cinéaste pendant cent minutes de projection qui en paraissent le double. Le premier quart d'heure, totalement muet, est pourtant d'une beauté troublante et laisse présager un Oncle Boonmee version mexicaine, piste que Reygadas évacue forcément, pour infliger toute une panoplie de dolorisme et de symboles que les meilleures volontés tenteront de décoder : cauchemars d'enfants, maltraitance animale, conflits de voisinage et scène de la vie conjugale se succèdent entre deux prises de vue d'une nature omniprésente.

Une échappée dans un sauna échangiste, où les protagonistes s'expriment en langue française, loin de distiller un parfum de mystère et de digression, retombe comme un pétard mouillé, et le film retrouve vite son atmosphère de moiteur et d'autoflagellation, qui culmine dans une séquence faussement gore. Un fantôme en image de synthèse tente pourtant d'attirer l'attention, mais notre intuition s'avérait fausse : il ne s'agit pas d'une composition facétieuse de Denis Lavant ; les mêmes qui se sont pâmé devant Holy Motors n'ont pourtant pas ménagé leurs huées, quand les deux films empruntent la même impasse. Le cinéma n'a certes pas vocation à proposer des œuvres aseptisées et consensuelles et la radicalité dans la déconstruction glauque était un projet estimable en soi. Post Tenebras Lux n'en est pas moins un film manqué, et il est permis de douter d'une réévaluation dans les mois à venir, comme cela avait été le cas avec Kinatay ou Antichrist. Le prix de la mise en scène attribué par le Jury de Nanni Moretti peut donc être interprété comme une volonté de trancher avec un palmarès estimable mais globalement sage, ou un encouragement à un artiste à contre-courant des modes et chapelles de cinéphiles.

Gérard Crespo

 

 


1h40 - Mexique - Scénario : Carlos REYGADAS - Interprétation : Adolfo JIMENEZ CASTRO, Nathalia ACEVEDO, Willebaldo TORRES.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS