Dog Days
Hundstage

Ulrich Seidl
Semaine Internationale de la Critique
content



Le synopsis : Pendant un week-end caniculaire, dans la pesante atmophère de la banlieue viennoise, entre l'enfer des installations urbaines, les autoroutes, les complexes immobiliers, les supermarchés, six histoires dramatiques s'entrelacent et montrent que personne ne saurait résister à la lourde tension d'ub été étouffant...

Notre avis : Sans doute l'un des meilleurs films européens des années 2000. Ulrich Seidl, auteur d'un sarcastique court métrage documentaire, Le Bal (disponible en bonus du DVD de Dog Days), propose un récit qui est moins un film chorale qu'une chronique acerbe oscillant entre l'humour pince-sans-rire et le ton délibérément trash. Le cinéaste prétend se référer à la peinture de Jérôme Bosch par l'utilisation de trognes que seuls Fellini, et à un moindre degré Mocky, avaient su exploiter au cinéma. On pourrait multiplier les autres influences : Buñuel, Kaurismäki, Haneke, (son compatriote), et même Altman, par cette mosaïque de personnages se téléscopant. L'inconguité de certains plans (bronzage de banlieusards obèses, orgie dont on ne sait si elle relève de la réalité ou du fantasme) rapproche parfois Seidl de (Paul T.) Anderson et (Roy) Andersson.
Mais Seidl possède un univers bien à lui, dont on retrouvera les éléments narratifs et le style dans Import/Export, qui sera présenté à Cannes en 2007 : un filmage sans concessions de personnages de tous

âges (attendrissant streap tease, sous l'air de Bach, d'une femme de ménage septuagénaire devant un vieillard esseulé, jeune macho maladivement jaloux, représentant en alarmes usé et vieilli). Il passe avec aisance de la tension glauque (la torture morale et physique d'une quinquangénaire amoureuse et masochiste) au leitmotiv quasiment burlesque, incarné par le personnage d'une auto-stoppeuse dérangée ironisant sur l'âge des automobilistes et récitant des palmarès absurdes : l'actrice Maria Hoffstätter, sorte de Lemercier autrichienne, est admirable dans ce rôle ubuesque, symbole dans le dénouement de l'innocence victime des lâchetés quotidiennes.
Dog Days est tout sauf un film plaisant. Il rebutera ceux qui s'attendent au confort consensuel d'un "film de festival" mais ravira les amateurs d'étrangeté et d'univers borderline. Cette
œuvre leur est dédiée.

Gérard Crespo

   

2h01 - Autriche - Scénario : Ulrich Seidl, Veronika Franz - Photo : Wolfgang Thaler - Son : Ekkehart Baumung - Interprètes : Maria Hofstūtter (Hitchhiker), Alfred Mrva (Alarm Systems Man), Erich Finsches (Old Man), Gerti Lehner (Housekeeper), Franziska Weib (Young girl), René Wanko (Boyfriend), Claudia Martini (Ex-Wife), Victor Rathbone (Ex-Husband), Christine Jirku (Teacher), Victor Hennemann (Lover), Georg Friedrich (Lover's Friend).

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS