Yomeddine
de Abu Bakr Shawky
Sélection officielle
En compétition
Prix François Chalais








« Au jour de Yomeddine nous serons tous égaux »

Beshay, lépreux aujourd’hui guéri, n’avait jamais quitté depuis l’enfance sa léproserie, dans le désert égyptien. Après la disparition de son épouse, il décide pour la première fois de partir à la recherche de ses racines, ses pauvres possessions entassées sur une charrette tirée par son âne. Vite rejoint par un orphelin nubien qu’il a pris sous son aile, il va traverser l’Égypte et affronter ainsi le Monde avec ses maux et ses instants de grâce dans la quête d’une famille, d’un foyer, d’un peu d’humanité… « Yomeddine » signifie « Jour du Jugement dernier » en arabe. La croyance veut qu’au moment de la mort tous les hommes sont considérés égaux et ne seront jugés qu’en fonction de leurs actes et non de leur apparence. C’est parfois le seul espoir de quiétude pour les déshérités qui attendent ce jour avec impatience. Tel est le cas de Beshay, qui n’a plus rien à perdre, et est prêt à tout pour retrouver la famille qui avait été contrainte de l’abandonner. Il s’agit du premier long métrage d’un jeune réalisateur austro-égyptien qui a étudié la science politique et le cinéma au Caire, avant d’obtenir un diplôme au département cinéma de la Tisch of the Arts à l’université de New York. A.B. Shawky s’est inspiré du cas de la léproserie d’Abu Zaabal, à deux heures de route au nord du Caire, et qui avait déjà été l’objet de l’un de ses courts-métrages. « Je voulais montrer une autre Egypte que celle que  l’on voit généralement au cinéma […] C’est une Egypte que les gens ne regardent pas : même la pyramide […] est abandonnée dans le désert qu’aucun touriste ne visitera jamais », a précisé le réalisateur. L’aspect semi-documentaire fait la force d’un récit qui n’hésite pas à utiliser la corde sentimentale pour permettre l’identification à des personnages au cœur d’une thématique peu traitée à l’écran, dans les films d’auteur comme dans un certain cinéma commercial « humanitaire ».


Yomeddine séduit alors par sa démarche sincère et son propos noble. Et le couple formé par le lépreux en quête de dignité et l’enfant recherchant un foyer n’est pas sans rappeler Le Kid de Charles Chaplin tout autant que l’univers de Dickens. Reste plus de soixante-dix ans après Le Voleur de bicyclette, le cinéma a renouvelé à multiples reprises le courant d’un néoréalisme abordant les laissés-pour-compte, de Où est la maison de mon ami ? d’Abbas Kiarostami à A Ciambra de Jonas Carpignano. Le coup du « pauvre homme et de l’enfant » nécessite donc une distance critique et une exigence de regard pour capter l’attention du public averti de 2018. Certes, A.B Shawky évite le ton lacymal et racoleur du Huitième jour de Jaco Van Dormael (stupéfiant nanar sur le handicap en compétition officielle à Cannes 1996). Mais il ne saurait atteindre la force de Freaks ou Elephant Man, pour citer deux références cinématographiques sur la stigmatisation. Yomeddine se rappoche davantage de ces consensuels « films de festival » qui, à l’instar de Cinéma Paradiso de Giuseppe Tornatore ou La Vie est belle de Roberto Benigni réuniront tous les publics, ce qui n’est déjà pas si mal. Une chose est certaine : le casting des non professionnels est bluffant et Rady Gamal, authentique lépreux désormais guéri comme son personnage, crève littéralement l’écran. Au final, Yomeddine est un joli film qui révèle un réalisateur sensible, mais il lui manque la dimension qui lui permettrait de transcender ses bons sentiments.

Gérard Crespo



 

 


1h33 - Égypte, Etats-Unis, Autriche - Scénario : Abu Bakr SHAWKY - Interprétation : Shahira FAHMY, Rady GAMAL, Ahmed ABDELHAFIZ.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS