Le Pape François - Un homme de parole
Pope Fancis - A Man of His Word
de Wim Wenders
Sélection officielle
Hors compétition
Séance spéciale








« Le pape dérape, le pape n’a pas de soupape, la soupape a un pape » (Eugène Ionesco)

Cette accroche en forme de citation de l’auteur de La Cantatrice chauve vise à mettre en exergue l’absurdité du présent objet filmique. Comment l’auteur de Paris, Texas qui fut l’un des cinéastes majeurs des années 70 et 80, a-t-il pu commettre une pareille hagiographie pontificale ? On sait que Wim Wenders a été contacté par le Vatican pour réaliser ce documentaire, qui n’est rien d’autre qu’une commande destinée à orner la vitrine du pape François, et se révèle dès son ouverture comme un pur outil de propagande. La voix off de Wim Wenders, sentencieuse, présente le saint homme comme l’héritier assumé de François d’Assise (1181 ou 1182-1226), qui consacra sa vie à soulager les pauvres et déshérités de son temps, tout en manifestant un mode de vie humble et modeste, reprenant par là même le message et l’attitude du Christ. De là à asséner que Jorge Mario Bergoglio, 266e pape de l’Église catholique, auparavant archevêque de Buenos Aires et cardinal, est le nouveau Messie, il n’y a qu’un pas que le métrage franchit allègrement. Sur le plan formel, le film alterne plans-séquences du pape étayant ses propos devant le cinéaste hors-champ, et extraits d’archives, du parcours avant le Vatican aux images d’ouragans qui auraient pu paraître (ou apparaissent) dans Une suite qui dérange : Le temps de l'action, avec Al Gore. On a droit aussi à des plans du pape prodiguant ses sermons à l’étranger, avec plans de coupe sur la petite larme de fidèles. Aux niveaux éthique et idéologique, les messages véhiculés s’avèrent parfois contradictoires : quand le pape prône la sagesse et la modestie, avant que le cinéaste ne montre une standing ovation que les élus du Congrès des Etats-Unis lui ont réservée. Et quand Sa Sainteté raconte l’anecdote d’un petit garçon cancéreux contacté au téléphone avant son décès, un certain malaise nous envahit : faut-il vraiment se servir de la mort d’un enfant pour appuyer la stratégie de communication d’une institution catholique ?


D’autres ambiguïtés agacent, quand le pape vient réconforter des prisonniers dans un centre pénitentiaire, avant de se faire l’apôtre de la tolérance zéro pour la pédophilie des prêtres (qu’il désigne comme une maladie et non un crime), ou lorsqu’il défend l’intégration des homosexuels dans la société, avant de soutenir dans un autre passage qu’au nom de l’égalité des sexes et de la complémentarité, les femmes doivent avoir une place dans tout groupe social, suggérant du coup que seuls les couples hétérosexuels sont légitimes. En fait, ce documentaire ne peut intéresser que six publics : les catholiques pratiquants de droite qui prendront pour parole d’Évangile toute doxa du Vatican ; les catholiques pratiquants de gauche séduits par un discours de dénonciation des inégalités, de l’épuisement des ressources naturelles et du manque d’aide aux réfugiés ; les conseillers en communication des offices religieux ; les inconditionnels de la politique des auteurs cherchant à retrouver le mysticisme de l’auteur des Ailes du désir ; les dames patronnesses des établissements catholiques d’enseignement qui pourront organiser une sortie scolaire religieusement correcte ; et les rédacteurs de cinéma soucieux d’un compte-rendu exhaustif de Cannes 2018. En fin de compte le film navrera d'autant plus que Wenders est l'auteur de passionnants documentaires, tels Nick's Movie, Pina ou Le Sel de la terre. Son dernier opus n'a sa place ni dans un festival ni dans les salles de cinéma, et l’on conseillera aux cinéphiles s’intéressant aux liens entre catholicisme et septième art de se plonger dans les univers bien plus palpitants de nombreuses œuvres dont Les Onze Fioretti de François d'Assise de Roberto Rossellini, L'Évangile selon saint Matthieu de Pier Paolo Pasolini ou Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat, d’après Bernanos.

Gérard Crespo



 

 


1h36 - Vatican, Italie, Suisse, Allemagne, France - Documentaire - Distributeur : UNIVERSAL PICTURES INTERNATIONAL FRANCE.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS