Asako
Asako I & II /Netemo Sametemo
de Ryûsuke Hamaguchi
Sélection officielle
En compétition







Premier amour

À Osaka, une fille aime un garçon qui disparaît mystérieusement. Deux ans plus tard, à Tokyo, elle rencontre son double parfait. Troublée par cette étrange ressemblance, elle se laisse séduire mais découvre peu à peu un jeune homme avec une toute autre personnalité.
Second cinéaste japonais de la compétition, moins connu que son confrère Hirokazu Kore-eda, Hamaguchi Ryûsuke avait néanmoins récemment attiré l’attention des critiques et des cinéphiles avec le magnifique Senses, portrait délicat de femmes au quotidien, récompensé au Festival du film de Locarno et distribué en salles en France peu de temps avant Cannes. Autant dire que l’annonce par Thierry Frémeaux de la sélection du nouveau long métrage de Ryusuke en compétition constituait une très bonne surprise. Après la projection, force est de constater que le résultat est à la hauteur des attentes.
La scène d’ouverture donne le ton d’une œuvre romanesque, délicate, mélancolique et par moment onirique : Asako rencontre le beau et énigmatique Baku à la sortie d’une exposition : leur regard se croise, c’est le coup de foudre suivi d’un tendre baiser illustré à l’écran avec virtuosité (ralenti, musique et mini-feux d’artifice lancés par des enfants en toile de fond).
Le spectateur assiste à cet amour naissant et s’attache à des personnages qu’il ne lâchera plus. L’une des réussites du film tient dans le fait que le metteur en scène brouille les pistes assez rapidement et mélange les genres. Après la disparition de Baku (qui, parti chercher du pain, ne reviendra pas au domicile), Asako refait sa vie et rencontre Ryohei, un garçon qui ressemble à s’y méprendre à son premier amour. Le doute s’installe en elle, mais aussi pour le spectateur : est-ce Baku ou un autre homme ?

Le film est-il une nouvelle variation de Vertigo d’Alfred Hitchcock (ce que laissait entendre le synopsis et même le titre de l’œuvre qui évoque l’idée du double) ? C’est d’ailleurs l’un des reproches adressés par certains festivaliers : ne pas tenir cette promesse et se contenter d’une romance post-adolescente quelconque. Or, c’est en ignorer la richesse et la très grande subtilité que de réduire le film à cela. Certes, par le biais de scènes précises et réalistes, qui s’étirent (mais dont aucune ne semble en trop), il explore le sentiment amoureux, l’importance du premier amour et de la trace que celui-ci peut laisser dans la construction de soi. Mais, certaines scènes ressemblent à un rêve et font écho à un cinéma plus fantastique. Le retour de Baku, le grand Amour d’Asako, dans la dernière partie du film est à ce titre passionnant : il refait surface dans la vie de la jeune femme d’abord par le biais d’une affiche publicitaire (il est, en effet, devenu mannequin), puis, tel un fantôme sorti d’un film de Kiyoshi Kurosawa, directement dans la vie d’Asako, lui demandant de faire un choix entre la passion ou la raison. L’évolution des personnages est aussi soulignée par des moments-clés, comme le tremblement de terre qui correspond à l’étreinte d’Asako avec le deuxième homme de sa vie. Le film n’est donc simple qu’en apparence, bien plus profond et sinueux qu’il n’y parait. Une œuvre de maturité, belle et essentielle, que le jury n’a pas mise en lumière, c’est bien dommage !

Xavier Affre



 

 


1h59 - Japon - Scénario : d'après le roman de Tomoka Shaibasaki - Interprétation : Masahiro HIGASHIDE, Erika KARATA, Koji SETO, Sairi ITO, Rio YAMASHITA.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS