Le Roi de cœur
de Philippe de Broca
Sélection officielle
Cannes Classics
Cinéma de la Plage









« Sire, vous n'auriez pas une couronne sur vous ? »

Avant d'évacuer Marville, en 1918, les Allemands dissimulent une charge d'explosifs dans la cathédrale. Avertis, les alliés chargent le soldat Plumpick (Alan Bates) d'en trouver la cachette. Arrivé en ville, ce dernier constate que tous les habitants ont déserté à l'exception des pensionnaires de l'asile d'aliénés... Après l'énorme succès de L'Homme de Rio, Philippe de Broca collabora à nouveau avec le scénariste Daniel Boulanger pour concocter ce récit fantaisiste et loufoque, sans stars mais avec un casting prestigieux, et qui fut par contre un bide monumental, éreinté par la presse et boudé par le public. Et pourtant, Le Roi de cœur, rarement diffusé à la télévision, et longtemps rare en DVD, est devenu avec le temps un film culte... aux États-Unis, avant de séduire des cinéphiles de plus en plus nombreux. Comme Drôle de drame ou Playtime, les décennies ont donc accordé une revanche à cette œuvre incomprise, et sans doute en avance sur son époque. Il faut dire que le mélange de farce et de tragédie (qui est en fait de l'humour noir) a pu (et pourra encore) déconcerter, à l'image de cette incroyable séquence ou Allemands et Écossais s'éliminent mutuellement, sous le regard ébahi d'aliénés assistant à une parade transformée en jeux de cirque. Loin de l'esprit bon enfant de La Grande vadrouille, sorti la même année, et dont l'accueil fut triomphal, ce Roi de cœur mélangeait les genres.

Il proposait aussi en filigrane une sarcastique critique sociale, l'anti-conformisme des fous annonçant l'esprit de contestation qui allait gronder dans une France s'apprêtant à vivre Mai 68... On n'est pas loin non plus du théâtre de l'absurde de Ionesco (Le Roi se meurt) par cette réflexion sur les effets en trompe-l'œil du pouvoir et ce refus de la narration classique traditionnelle. Quant aux personnages enfermés (puis provisoirement libérés) qui défilent sous nos yeux, ils reflètent l'image de ceux que la société rejette au nom de sa conception des normes sociales. Comme le fera quelques années plus tard Milos Forman avec Vol au-dessus d'un nid de coucou, Philippe de Broca et Daniel Boulanger prônent ouvertement les vertus de l'imagination et de la « déraison », antidotes indispensables dans des sociétés sclérosées. Et c'est alors un bonheur pour le spectateur d'apprécier les « numéros d'acteurs » dans ce microcosme insolite : Jean-Claude Brialy en charismatique duc de trèfle, Micheline Presle et Françoise Christophe en impériales mères maquerelles, Pierre Brasseur en général à la masse, Geneviève Bujold en écuyère séductrice ou Michel Serrault en coiffeur précurseur du personnage de La Cage aux folles, mènent la farandole avec une jubilation communicative.

Gérard Crespo




 

 


1966 - 1h42 - France - Scénario : Daniel BOULANGER, Philippe de BROCA, Maurice BESSY - Interprétation : Alan BATES, Pierre BRASSEUR, Jean-Claude BRIALY, Geneviève BUJOLD, Adolfo CELI, Françoise CHRISTOPHE, Julien GUIMAR, Micheline PRESLE, Michel SERRAULT, Jacques BALUTIN, Marc DUDICOURT, Pierre PALAU.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS