Mercenaire
de Sacha Wolf
Quinzaine des Réalisateurs
Label Europa Cinémas







Soane et ses frères

Soane, jeune Wallisien, brave l’autorité de son père pour partir jouer au rugby en métropole. Livré à lui-même à l’autre bout du monde, il voit son odyssée le conduire à devenir un homme dans un univers qui n’offre pas de réussite sans compromission... Premier long métrage de fiction de Sacha Wolff, diplômé de la Fémis et auteur de documentaires, Mercenaire allie témoignage ethnologique et regard insolite pour revisiter des genres, du film social au polar en passant par le western et le film d'action. Le premier intérêt de l’œuvre est de situer le début et la fin de la narration en Nouvelle-Calédonie, avec sa langue et sa culture locale, territoire peu exploité par le cinéma français, et qui offre ici le décor d'une tragédie familiale et culturelle unique, loin du misérabilisme et de l'exotisme de pacotille. Le second mérite de Sacha Wolff est d'avoir dépassé le cadre du cinéma de la dénonciation néo-coloniale : il brosse certes le surprenant portrait d'un être écorché, victime des traditions familiales tout autant que du racisme ambiant, comme un écho à Moonlight de Barry Jenkins (Oscar du meilleur film 2016) ; mais Sacha Wolff refuse le didactisme et préfère les codes du cinéma populaire, avec un sens aigu du montage et de l'efficacité narrative, sans esbroufe ni racolage. Les déboires de Soane dans un club de seconde zone, son idylle foireuse avec une jeune femme fragile et instable, ses problèmes avec une bande de malfrats décidés à avoir sa peau, ou sa rivalité amoureuse avec un rugbyman rancunier, s'insèrent avec harmonie dans un dispositif qui se veut à la fois militant et percutant.

« Dès le départ, c’était une vraie volonté à l’image et au son d’aller à l’encontre du simple naturalisme. Je voulais quelque chose de très mis en place, installé, découpé pour donner toute la puissance cinématographique à cette histoire que j’imaginais presque comme une liturgie. Le trajet du film est très simple : comment Soane va réussir à s’affirmer en tant qu’homme face à son père et arriver, à la fin, à lui arracher le flingue des mains et à le regarder dans les yeux. Et à lui dire qu’il l’aime et qu’il aimerait que son père lui dise la même chose. Ce mouvement dans la vie de Soane, j’avais envie d’en exprimer le côté sacré, le raconter comme une sorte de messe. D’autant plus que les milieux dans lesquels il évolue sont très codifiés, ritualisés : le milieu du rugby mais aussi le milieu wallisien, avec énormément de coutumes et de traditions océaniennes, dans lesquelles s’est fondu l’héritage de la culture chrétienne », a déclaré le cinéaste. Sa proposition de cinéma est bien épaulé par son interprète principal (Toli Polioko) qui insuffle une véritable énergie à un film à la frontière de Rocco et ses frères de Luchino Visconti et Chouf de Karim Dridi.

Gérard Crespo


 



 

 


1h52 - France - Scénario : Sacha WOLF - Interprétation : Toli PILIOKO, Iliana ZABETH, Laurent PAKIHIVATAU, Mikaele TUUGAHALA.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS