American Honey
de Andrea Arnold
Sélection officielle
En compétition

Prix du Jury
Mention spéciale Prix œcuménique








On the road again

Star (Sasha Lane), une adolescente, quitte sa famille dysfonctionnelle et rejoint une équipe de vente d'abonnements de magazines, qui parcourt le midwest américain en faisant du porte à porte. Aussitôt à sa place parmi cette bande de jeunes, dont fait partie Jake (Shia LaBeouf), elle adopte rapidement leur style de vie, rythmé par des soirées arrosées, des petits méfaits et des histoires d’amour… Remarquée à Cannes avec Red Road et Fish Tank, qui avaient déjà obtenu tous deux le Prix du Jury en sélection officielle, la réalisatrice britannique a choisi le road movie pour sa première incursion dans le cinéma américain. American Honey semble en apparence seulement différent, la cinéaste rompant avec le minimalisme intimiste qui la présentait comme une héritière de Ken Loach (pour la fibre sociale) et Michael Haneke (pour la sécheresse des personnages et situations). Mais le film continue à explorer les méandres de la classe populaire, en s'intéressant à une jeune fille qui pourrait être la cousine américaine de Mia, l'ado désœuvrée de Fish Tank, et dont la détermination fait écho au comportement de Jackie, l'anti-héroïne de Red Road. Pourtant, Andrea Arnold donne ici une nouvelle tournure à son art, mélangeant les genres (comédie, chronique sociale, mélodrame, teen movie), et optant pour une dimension spatiale plus vaste, inhérente au road movie. Les pérégrinations de Star et sa bande sont aussi prétexte à croquer de savoureux portraits de l'Amérique profonde, au fil des déplacements de ces jeunes, de motels glauques en quartiers résidentiels, en passant par des plate-formes pétrolières. En quittant sa famille pour suivre Jake et les siens, Star suivra un apprentissage à plusieurs niveaux, et le plus réussi du récit réside dans le contraste des personnages secondaires, issus de couches sociales opposées.

Pour vendre des abonnements, les jeunes sont en effet contraints de côtoyer des petits bourgeois installés dans des quartiers cossus, mais aussi une population d'exclus dont certains ne peuvent assouvir leurs besoins fondamentaux. Et c'est par le mensonge et la débrouillardise qu'ils doivent aborder leurs acheteurs potentiels. Le film propose alors une critique subtile de l'American way of life, de ses mirages, mais aussi de ses modèles alternatifs. La petite communauté cool qui parcourt les grands espaces avec un van, loin de proposer une contre-culture (la génération Easy Rider a fait son temps), s'avère au fond aussi conformiste que les adultes au cœur du système. Star, Jake et les autres doivent être efficients et rapporter du fric à Kristal (Riley Keough), la jeune bombasse à la tête de la bande, qui gère ses pairs avec la poigne d'un petit patron rapace... Toutefois, American Honey rate un peu sa cible tant l'insignifiance des protagonistes semblent déteindre sur la narration, étalée sur près de trois heures, avec des longueurs pas toujours justifiées. La cinéaste abuse en outre de la belle image (le talent du chef-opérateur Robbie Ryan n'est pas en cause) et d'une partition musicale assourdissante, en l'occurrence le rap américain de Juicy J, Rae Sremmurd et E-40, qui aura toutefois ses amateurs... Le casting est par contre sans failles : auprès du charismatique Shia LaBeouf (à peine plus sage que dans Nymphomaniac), la jeune Shasha Lane est une révélation. Ils sont entourés d'autres débutants qui ont semblé en osmose totale avec le projet de la réalisatrice.

Gérard Crespo


2h42 - États-Unis, Royaume-Uni - Scénario : Andrea ARNOLD - Interprétation : Sasha LANE, Shia LaBEOUF, Arielle HOLMES, Riley KEOUGH, Will PATTON, Chad COX, McCaul LOMBARDI.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS