Le Désert des Tartares
Il Deserto dei Tartari
de Valerio Zurlini
Sélection officielle
Cannes Classics



Sortie en salle : 12 juin 2013




« Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? »

Jeune officier, Giovanni Drogo (Jacques Perrin) part prendre ses fonctions au fort Bastiani, une citadelle militaire plus ou moins déclassée, car elle n'est plus considérée comme stratégique. Au Nord, un désert, dit « des Tartares » pour une raison inconnue, sert de frontière avec un mystérieux royaume ennemi. Après une très longue carrière dans le fort, ritualisée par les activités routinières de la garnison, il voit arriver l'attaque du royaume du Nord qui à force d'être attendue est devenue mythique.

Le roman de Dino Buzzati, paru en Italie en 1940, tient tant de l'univers de Kafka que d'un certain existentialisme français incarné par Sartre (La Nausée) ou Camus (L'Étranger). L'absurdité de la guerre et le piège du temps qui passe sont les deux thèmes qui s'y croisent et que l'on retrouve dans cette adaptation de Valerio Zurlini. Le film a été tourné dans la forteresse iranienne de Bam (disparue depuis un tremblement de terre en 2003). Disposant d'un confortable budget, l'auteur ne réalise pas le film de guerre épique ou la superproduction esthétique de type Lawrence d'Arabie que certains attendaient sans doute à la sortie du film, en 1976. Auteur de films intimistes comme Un été violent ou Journal intime, Zurlini traite cette commande en l'intégrant à son univers, et réalise une belle dramaturgie, presque en huis clos, si l'on excepte de rares échappées dans le désert. Le film s'inscrit aussi dans un courant de cinéma politique et historique en vogue au cours de cette décennie, et en particulier en Italie, l'obstination bornée et hautaine de Mattis (fantastique Giuliano Gemma) faisant écho à celle du général Leone (Alain Cuny), dans Les Hommes contre (Francesco Rosi, 1970).

Mais Le Désert des Tartares est bien plus qu'une parabole antimilitariste : c'est avant tout le saisissant portrait d'une communauté masculine faussement soudée et confrontée à deux dangers hors-champ : l'autorité supérieure (invisible, tel le numéro un de la série Le Prisonnier), mais aussi l'ennemi Tartare : la tension qui se dégage face au danger imminent pendant plus de deux heures n'est pas sans rappeler la périlleuse expédition de Aguirre, la colère de Dieu, film culte de Werner Herzog sorti deux ans plus tôt. Même si le jeu des acteurs n'est pas en cause, on peut juste regretter le choix, systématique depuis les coproductions franco-italiennes des années 60, d'interprètes de nationalités diverses pour camper des Italiens, nous privant d'une véritable version originale. Dans celle-ci, Jacques Perrin, Jean-Louis Trintignant (le médecin Major), Philippe Noiret (le général) et Laurent Terzieff (le lieutenant et comte Amerling) sont doublés en italien, de même que le Suédois Max von Sydow ou l'Espagnol Fernando Rey. Dans la version française (la seule commercialisée en salles parisiennes pour la sortie de la copie restaurée), Vittorio Gassman est doublé et le spectateur supporte le désagrément inhérent à toute post-synchronisation, y compris lorsque les acteurs français se doublent eux-mêmes ! On reconnaîtra toutefois la belle voix de Pierre Arditi sortant des lèvres de l'Allemand Helmut Griem, interprète du lieutenant italien Simeon... À l'exception de cette réserve, Le Désert des Tartares est une œuvre rare qu'il faut (re)découvrir. La version restaurée en numérique et présentée à Cannes Classics est due à Digimage Classics.

Gérard Crespo


 

 


2h23 - Italie, France Allemagne, Iran - 1976 - Scénario : Valerio ZURLINI, André G. BRUNELIN, Jean-Louis BERTUCELLI, d'après le roman de Dino Buzzati - Interprétation : Vittorio GASSMAN, Giuliano GEMMA, Helmut GRIEM, Philippe NOIRET, Jacques PERRIN, Francisco RABAL, Fernando REY, Laurent TERZIEFF, Jean-Louis TRINTIGNANT, Max von SYDOW.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS