Cosmopolis
de David Cronenberg
Sélection officielle
En compétition



Sortie en salle : 25 mai 2012




Un jour à New York

Cosmopolis pourra paraître à tort comme une simple commande dans la prestigieuse filmographie de David Cronenberg. L'adaptation littéraire du roman de Tom DeLillo n'est pas incompatible avec la fidélité à l'univers du cinéaste, de même que Le festin nu était autant un film de Cronenberg qu'une variation autour du roman de William Burroughs. Dans un New York en ébullition, l'ère du capitalisme touche à sa fin. Eric Packer, golden boy de la haute finance, s’engouffre dans sa limousine blanche. Alors que la visite du président des Etats-Unis paralyse Manhattan, Eric n’a qu’une seule obsession : une coupe de cheveux chez son coiffeur à l’autre bout de la ville. Au fur et à mesure de la journée, le chaos s’installe, et il assiste, impuissant, à l’effondrement de son empire. Il est aussi certain qu’on va l’assassiner. Quand ? Où ? Il s’apprête à vivre les 24 heures les plus importantes de sa vie. On est ici plus proche du rythme haletant de eXistenZ que des thématiques financières de Wall Street. Certains ont été désarçonnés par la profusion des dialogues, taxant à tort de bavardage une œuvre où la parole joue un rôle essentiel, Cronenberg s'inscrivant ici dans la lignée du Mankiewicz de Five fingers. Le cinéaste s'approprie la thématique d'un roman culte, loin de l'illustration plate d'un Ron Howard dépassé par le matériau de Da Vinci Code.

L'environnement froid et impersonnel dans lequel évolue le golden boy fait écho aux ambiances morbides en exergue dans Crash ou Spider, et les tourments psychologiques du protagoniste ne sont pas sans évoquer les doutes des personnages de A Dangerous method, autre opus injustement soupconné d'académisme. Mais la fascination qu'exerce ce faux polar, à la frontière du road movie et du huis-clos, n'est pas due aux seules références des films antérieurs de l'auteur de Faux semblants. Cronenberg porte un regard sans indulgence sur une société basée sur la recherche du profit et les lois du marchés, et le déclin salvateur de son faux héros entraîne le spectateur dans une ambiance chaotique aux confins d'une spirale terrifiante. La dernière séquence est à ce titre magistrale, qui envisage un dénouement faussement ouvert après un captivant face-à-face. Et comme toujours chez Cronenberg, le casting est en cohérence avec la distanciation de la mise en scène : si la distribution française (Juliette Binoche, Mathieu Amalric) assure le minimum syndical, Robert Pattinson rompt habilement avec son image de séducteur lisse : sa composition toute en finesse lui fait rejoindre la galerie des grandes figures cronenbergiennes, de James Woods dans Vidéodrome à Viggo Mortensen dans Les promesses de l'ombre.

Gérard Crespo

 

 

 


1h45 - Canada - Scénario : David CRONENBERG, d'après le roman de Tom DeLillo - Interprétation : Robert PATTINSON, Juliette BINOCHE, Paul GIAMATTI, Mathieu AMALRIC, Samantha MORTON, Jay BARUCHEL.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS