Nostalgie de la lumière
Nostalgia for the Light
Nostalgia de la luz
de Patricio Guzman
Sélection officielle
Hors compétition (Séance spéciale)
Mention Prix François Chalais



Sortie en salle : 27 octobre 2010




Au Chili, à trois mille mètres d’altitude, les astronomes venus du monde entier se rassemblent dans le désert d’Atacama pour observer les étoiles. Car la transparence du ciel est telle qu’elle permet de regarder jusqu’aux confins de l’univers. C’est aussi un lieu où la sécheresse du sol conserve intacts les restes humains : ceux des momies, des explorateurs et des mineurs. Mais aussi, les ossements des prisonniers politiques de la dictature. Tandis que les astronomes scrutent les galaxies les plus éloignées en quête d’une probable vie extraterrestre, au pied des observatoires, des femmes remuent les pierres, à la recherche de leurs parents disparus…

Voici un documentaire passionnant qui tranche avec le militantisme sarcastique ou le pensum écologique en vogue ces dernières années. L'archéologie et l'astronomie sont ici unifiées, le rapport entre les scientifiques et ces femmes semblant captiver le cinéaste : quand il appris que ces mères, sœurs, filles, creusaient la terre aux pieds des télescopes, il s'est alors résolu à réaliser le film, préférant la métaphore directe à l'observation d'une « description du désert » et du travail des scientifiques.


Dans un entretien avec Frederick Wiseman, Guzman confie : « Je crois que les métaphores ont été provoquées par les correspondances géographiques […] J'avais gardé un souvenir très vif de ces lieux où l'on éprouve des contrastes peu communs ».

Il a dû pourtant se battre pendant quatre ans pour faire aboutir ce projet au carrefour de plusieurs discours, scientifiques, politiques et cinématographiques. Comment des astronomes chiliens peuvent-ils observer des étoiles à des millions d'années-lumière quand des écoliers ne peuvent lire dans les manuels scolaires les événements déroulés au Chili dans les années 70 ? En quoi le travail d'une femme fouillant le désert de ses mains ressemble-t-il à celui des astronomes et comment le filmer ? Ce sont quelques-unes des problématiques posées par cette œuvre belle et sereine, qui confirme le talent de l'auteur du Cas Pinochet (Semaine de la critique 2001) et Salvador Allende (Sélection officielle 2004).

Gérard Crespo


1h30 - Chili - Documentaire

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS