Sous toi, la ville
The City Below
Unter dir die stadt
de Christoph Hochhäusler
Sélection officielle
Un certain regard

palme

Sortie en salle : 15 décembre 2010




Les liaisons dangereuses

Depuis La vie des autres, une Nouvelle vague allemande allie rigueur de scénario, épure stylistique et critique sociale. Sous toi, la ville ne déroge pas à la règle et parvient à créer une atmosphère oppressante et étouffante en situant son récit dans les couloirs glacés et aseptisés d'une grande banque internationale. Dans un univers opaque et désincarné, où se meuvent des cadres dirigeants déployant d'obscures stratégies influençant des milliers de salariés de la planète, une passion maladive va se nouer : celle de Roland, manager, envers Svenja, l'épouse d'un des employés. Un jeu du chat et de la souris se met alors en place, le cinéaste manifestant un goût certain pour les complots inavouables, les doubles vies inavouées et les non dits romanesques.


Comme dans Metropolis ou Le mariage de Maria Braun, le drame individuel est imbriqué à la dimension collective, Christoph Hochhäuseler inscrivant sa tragédie dans une certaine continuité historique de l'Allemagne. Comme dans La question humaine ou L'argent des autres, l'entreprise est dépeinte tel un microcosme impitoyable, monstre tentaculaire captant ses proies au-delà du cadre rassurant des bureaux feutrés et écrans d'ordinateurs. Par moments, la distance brechtienne que tient à mettre le réalisateur cantonne le projet à un bel exercice de style (les séquences du concert privé ou des retrouvailles à l'hôtel) mais il s'agit d'une réserve mineure face à un film important qui révèle en outre deux comédiens lumineux : Robert Hunger-Bühler et Nicolette Krebitz sont remarquables de violence contenue et d'autisme affectif.

Gérard Crespo


1h45 - Allemagne, France - Scénario : Christoph HOCHHAUSLER, Ulrich PELTZER - Interprétation : Robert HUNGER-BUHLER, Nicolette KREBITZ, Mark WASCHKE.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS