Chantrapas
de Otar Iosseliani
Sélection officielle
Hors compétition (Séance spéciale)


Sortie en salle : 22 septembre 2010




« Voilà ce que je voudrais partager avec le spectateur : le bonheur d’être une pierre, de résister à tout »

Nicolas est un artiste, un cinéaste qui ne demande rien tant que de pouvoir s’exprimer, et que tous voudraient réduire au silence. À ses débuts en Géorgie les « idéologues » espèrent pouvoir le faire taire, considérant que son œuvre n’est pas conforme aux règles en vigueur. Face à leur détermination, Nicolas quitte son pays d’origine pour la France – terre de liberté et de démocratie. Mais « L’état de grâce » sera de courte durée.

Des Favoris de la lune à La Chasse aux papillons en passant par Adieu, plancher des vaches !, Otar Iosseliani est l'auteur d'une œuvre poétique inimitable, parsemée de chansons mélancoliques, collages baroques élégants, hommages au burlesque muet et humour discret. Ce dernier opus n'échappe pas à la règle. Les « chantrapas » étaient en Russie les bons à rien, les exclus, forcés de quitter leur pays, « sans très bien savoir nager dans ces eaux inconnues, tous portant une blessure ». Pourtant, l'auteur réfute toute démarche autobiographique, en dépit de la similitude des péripéties du personnage et du parcours du cinéaste. Victime de la censure en Géorgie, Iosseliani n'eut pas la patience d'un Tarkovski ou d'un Paradjanov et préféra l'exil. La France l'accueillit à bras ouvert mais ses films, confidentiels et hors norme, durent faire face à une autre forme de déboire : le « final cut », plus ou moins imposé, de ses producteurs.


C'est ce que narre avec verve cette chronique fantaisiste, sans que jamais, on s'en doutait, le réalisateur ne force la charge satirique. En fait, Iosseliani a souhaité traiter une parabole sur la nécessité d'être fidèle à soi-même malgré les vicissitudes de l'existence, même si cet acte de bravoure mène a priori au fiasco. Et les images du film soulignent ce désir de liberté, par de faux bricolages et une profusion de personnages décalés et surprenants, à l'instar de ce vendeur de chaussures ou de ces assistants qui emportent les décors avant la fin d'une séquence. Œuvre intemporelle qui résume tout l'univers du poète, Chantrapas est le prototype d'un cinéma créatif en cohérence avec lui-même. Que Pierre Etaix ou Bulle Ogier apparaissent au détour d'une séquence conforte l'appartenance du cinéaste à la famille des artistes intransigeants.

Gérard Crespo


2h02 - France - Scénario : Otar IOSSELIANI - Interprétation : David TARIELASHVILI, Nika ENDELADZE, Tamuna KARUMIDZE, Bulle OGIER, Pierre ETAIX.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS