Nuit d'ivresse printanière
Spring Fever
Chung feng chen zui de ye wan

de Lou Ye
Sélection officielle
Prix du scénario
palme
Sortie en salle : 14 avril 2010




Histoires d'hommes (et de femmes) à Nankin

Depuis la présentation cannoise de Une jeunesse chinoise, en 2006, Lou Ye, auteur de l'original Suzhou River (2000), est interdit de tournage en Chine. C'est donc dans la parfaite clandestinité que cette Nuit d'ivresse printanière a été tournée. On ressent d'ailleurs l'urgence de filmer et de capter l'essentiel dans ces mouvements de caméra à l'épaule lors les scènes extérieures. Et il est permis de juger que le prix du scénario accordé à Mei Feng récompense davantage les conditions de préparation du film et l'audace de la narration que la qualité d'un travail d'écriture.

Après avoir subi les foudres de la censure politique, nul doute que Lou Ye n'aurait jamais réussi à convaincre les autorités de lever son interdiction des plateaux, compte tenu du caractère sulfureux (pour ce pays) de la thématique (homo)sexuelle du synopsis. Pourtant, le cinéma chinois a déjà abordé ce sujet, de façon explicite (Histoires d'hommes à Pékin de Lan Yu, 2001) ou imbriquée dans un cadre narratif plus global (Adieu ma concubine, de Chen Kaige, Palme d'or 1993). La différence est ici dans le traitement : la crudité (davantage que l'érotisme) de certaines séquences (notamment une scène très physique sous la douche) aurait de quoi heurter plus d'un tartuffe officiel, Lou Ye misant davantage sur une esthétique à la Fassbinder que sur l'académisme aseptisé et rassurant d'un Ang Lee dans Brokeback Moutain.

En fait, le scénario semble tenir en quelques feuillets. Une jeune femme jalouse charge Luo Haitao d'espionner son mari, qu'elle soupçonne d'infidélité. Celui-ci la trompe en effet avec un autre homme de qui Luo Haito va s'éprendre, non sans le partager avec sa petite amie Li Jung. On est certes plus proche de la finesse de Jules et Jim que de la roublardise d'un Deux garçons, une fille, trois possibilités ; mais l'essentiel semble ailleurs : dans ces images contemplatives de nuits de sensualité suffocantes, dans cette volonté de capter des visages décomposés par le dépit ou le désir non partagé. La fascination que l'on éprouve pour l'œuvre est cependant émoussée par un certain hiératisme de mise en scène, Lou Ye ayant contracté les maladies d'un certain cinéma contemporain : le nombrilisme et la pose. À l'instar d'un Hong Sang-soo se référant à son petit Rohmer illustré, Lou Ye se la joue un peu trop auteur post-Nouvelle Vague. Et les côtés hermétiques de son scénario (une ronde de personnages pour le moins obscure, les couples se détachant aussi rapidement qu'ils se forment, ainsi qu'une inutile digression sur un atelier de travail clandestin) en laisseront plus d'un sur la touche.

Souhaitons toutefois à Lou Ye de sortir rapidement de la clandestinité et de retrouver la place qu'il mérite au sein de la production cinématographique chinoise, tout en ne reniant en rien ses exigences thématiques et stylistiques.

Gérard Crespo


1h55 - Chine - Scénario : MEI Feng - Interprétation : QIN Hao, CHEN Sicheng, WANG Ping, TAN Zhuo, JIANG Jiagi;

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS