La Vie moderne
de Raymond Depardon
Sélection officielle
Un certain regard

palme
Sortie en salle : 29 octobre 2008



Raymond Depardon, sans doute notre plus grand documentariste, poursuit sa série Profils paysans débutée en 2001. Il retrouve ainsi les agriculteurs du village de Villaret, au cœur des Cévennes. Depuis Farrebique et Biquefarre de Georges Rouquier, il s’agit de l’unique expérience de suivi d’une communauté paysanne. Encore que le terme convienne de moins en moins pour l’associer à ces fermiers isolés, qui forment les derniers représentants d’un mode de vie désagrégé depuis l’industrialisation et l’urbanisation.
Sur les plans sociologique et économique, le film permet d’apprécier les mutations techniques et humaines qui caractérisent le monde socioprofessionnel du secteur primaire : robotisation, paupérisation, désertification rurale. Les difficultés financières d’un couple de jeunes éleveurs, pourtant de bonne volonté, illustrent la crise de la rentabilité des petites productions agricoles. L’attachement de la terre pour deux frères octogénaires révèle la persistance d’un système des valeurs, en dépit du temps qui passe.


Au-delà de ces vécus, l’œuvre révèle la poignante humanité d’un cinéaste qui ne traite pas les habitants comme des insectes dans un bocal mais dissèque avec finesse leurs doutes, bonheurs, et colères. Des plans-séquences sur ces témoignages sont autant de tranches de vie partagées avec le public : Depardon a plaisir à filmer une femme de la ville remariée à un célibataire paysan et confessant le conflit de générations avec les deux oncles. Si certains spectateurs ricanent face au côté taciturne d’un fils de famille, le cinéaste se garde bien de le ridiculiser. Sans doute la séquence la plus forte est-elle celle filmant le chagrin contenu d’un vieil homme ne pouvant plus accompagner son troupeau de moutons paître dans les hauteurs.
Qu’il dépeigne le milieu judicaire dans 10e chambre - Instants d'audience (voir Cinémas 2004) ou les paparazzi dans Reporters (1981), Depardon arrive à captiver par un savant dosage entre simplicité et profondeur de point de vue.

Gérard Crespo

 


1h28 - France - Scénario et dialogues : - - Photo : - - Décors : - - Musique : Gabriel FAURÉ - Montage : Simon JAQUET - Son : Claudine NOUGARET - Interprétation : -.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS