Che
Che - 1ère partie : L'Argentin / Che - 2ème partie : Guerilla
de Steven Soderbergh
Sélection officielle
Prix d'interprétation masculine
pour Benicio Del Toro

palme

Sortie en salle : 07 et 28 janvier 2009




Il s'agit bien de deux films (The Argentine et Guerrilla), regroupés en un, que Steven Soderbergh a réalisés dans cette biographie de Che Guevara. L'œuvre sera d'ailleurs probablement programmée en deux séances à l'occasion de sa sortie en salles.
Che, 1ère partie est axé autour de la visite de Guevara à New York en 1964. Il y affiche son mépris de l'impérialisme et nous assistons par flash-back à la révolution cubaine vue par ses yeux. On notera que le récit débute là où se terminait celui de Carnets de voyage (voir article de CinémaS 2004). Mais là s'arrête la comparaison, Soderbergh, cinéaste certes inégal, ayant dans ses meilleurs jours une personnalité plus affinée que celles de Walter Salles.
Che, 2e partie montre Guevara au sommet de sa notoriété et de sa puissance, et infiltré clandestinement en Bolivie pour donner sa contribution à une guerilla. On y suit les combats, les défaites et la chute.


Les deux parties n'ont pas la même unité stylistique, en dépit de la cohérence du projet et de l'équipe technique similaire. Le premier volet est davantage lyrique, et sa construction l'apparente à un biopic à la Oliver Stone, mais avec davantage d'épure et sans les surlignements narratifs propres aux productions hollywoodiennes. Le deuxième récit a une allure plus documentaire, certaines rixes étant même filmées caméra à l'épaule.
Sans doute le film décevra-t-il ceux qui s'attendaient à un grand spectacle historique ou une allégorie politique, Soderbergh restant relativement neutre face à cette légende d'Amérique latine. Mais par ses ruptures de ton et sa construction déroutante, le film s'apparente davantage aux expérimentations du réalisateur (Bubble) qu'à ses blockbusters médiatisés (Ocean's Eleven). On soulignera la sobriété de jeu de Benicio Del Toro, Che nettement plus crédible que le joli Gael García Bernal.

Gérard Crespo

 


4h46 - USA / France / Espagne - Scénario et dialogues : Peter BUCHMAN - Photo : Peter ANDREWS - Décors : Anxton GOMEZ - Musique : Alberto IGLESIAS - Montage : Pablo ZUMARRAGA - Son : - - Interprétation : Benicio DEL TORO.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS