4 mois, 3 semaines et 2 jours
4 Months, 3 Weeks & 2 Days
4 luni, 3 saptamâni, si 2 zile
de Cristian Mungiu
Sélection officielle
Palme d'or
Pris de la Fipresci

palme


En recevant sa Palme d'or, Cristian Mungiu a remercié le Festival de récompenser « un petit film d'un petit pays ». Il est vrai que la plupart des grands oubliés américains de ce palmarès 2007 – les Frères Coen, David Fincher et James Gray en particulier – ont forcément moins besoin de promotion que le cinéma roumain. Si l'on tient compte aussi de l'attribution de prix plus mineurs à d'autres films “palmables”, on est bien dans une logique de parti pris audicieux et tout à fait respectable de la part du jury.
Présenté en tout début de Festival, le petit film en question a en effet réussi à conjurer l'effet festival, qui vous alimente de milliers d'images et de messages en une période record, et finalement à émerger d'une sélection particulièrement éclectique et attractive.
Il représente aussi pour la Quinzaine des réalisateurs, un nouveau nom à inscrire au générique de ses révélations, puisque Cristian Mungiu y faisait ses premières armes en 2002 avec Occident.
Nous sommes en 1987, soit deux ans avant la chute de Ceaucescu, dans une Roumanie sinistre, laide, fliquée à outrance, survivant sous l'emprise du marché noir et de lois iniques, dont la loi anti-avortement instaurée en 1966.


Ce n'est pourtant pas le contexte historique qui intéresse Cristian Mungiu, mais plus particulièrement la narration d'un avortement clandestin, celui de Gabita, enceinte de deux mois dit-elle, qui partage sa chambre de résidence universitaire avec Otilia.
Et encore là, c'est autour de cette dernière que se concentre toute la force de ce film efficace et radical. Trouver une chambre d'hôtel, trouver un certain M. Bebe, trouver l'argent, puis plus d'argent encore car Gabita s'avère en fait enceinte de 4 mois, 3 semaines et 2 jours… cela n'est qu'un début pour Otilia qui va prendre tous les risques, assumer tous les pièges, faire les gestes qu'il faut, y compris les pires, et tout donner pour Gabita. Une solidarité hors normes, une amitié hors limites perpétuellement associées à la montée en puissance de l'angoisse et de la violence.
Filmé en plans séquence appuyés, le regard d'Otilia, héroïne de chaque instant, en dit long sur la force, le courage et l'abnégation de ce don qu'elle fait d'elle-même. Exceptionnel…

Marie-Jo Astic


1h53 - Roumanie - Scénario et dialogues : Cristian Mungiu - Photo : Oleg Mutu - Décors : Mihaela Poenaru - Musique : - - Montage : Diana Bunescu - Son : Titi Fleancu - Interprétation : Anamaria Marinca, Vlad Ivanov, Laura Vasiliu, Alexandru Potoceanu.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS