2h37
Two Thirty 7
Murali K. Thalluri
Sélection officielle
Un certain regard







Le synopsis
2h37. Le corps d'un(e) adolescent(e) est retrouvé dans les toilettes du lycée. Le film remonte alors le temps pour suivre le début de la journée de six lycéens et tenter de faire la lumière sur ce qui s'est passé. Fictions, interviews réalistes et points de vue opposés de mêlent, tandis que les ados se retrouvent confrontés à leurs problèmes. Des angoisses les plus banales (intégration, relations amoureuses, pression scolaire), aux plus sombres (violence, inceste, homophobie), de jeunes existences se dévoilent, et menacent de briser à tout instant...

Notre avis
Premier film d'un metteur en scène de théâtre de 20 ans, inexpérimenté en cinéma (si ce n'est une tardive et rapide formation d'autodidacte) ce film est nourri de son expérience autobiographique (le suicide d'une amie, la dépression qui a suivi). Tourné avec un faible budget, de jeunes acteurs inexpérimentés (dont les révélations Teresa Palmer et Frank Sweet) mais avec des techniciens chevronnés, le film séduit et émeut par ses ruptures de style : le noir et blanc du confessionnal contraste avec les couleurs vives du lycée, qui culminent avec le rouge de la mort ; le montage présente la même action filmée sous divers angles, et insiste sur un mystérieux feuillage dont seul un bonus du DVD révèle le sens ; des séquences quasiment muettes alternent avec un déluge verbal explicatif et psychologique. Rarement une œuvre n'aura montré avec tant de finesse les désarrois et souffrances de l'adolescence, ainsi que l'intolérance sous toutes ses formes qui peuvent caractériser cet âge, y compris (et surtout ?) dans un établissement huppé qui sert ici de décor.


On a reproché à l'auteur d'avoir, sur la forme comme sur le fond, réalisé un plagiat de Elephant. Il est vrai que les plans semblent souvent une copie conforme du film de Van Sant, que le cinéaste semble s'être repassé en boucle (déambulation de jeunes étudiants dans les couloirs d'un lycée, multiplication des angles et points de vue pour une même action, thématique de l'homosexualité...). Mais la référence est tellement manifeste qu'il vaut mieux prendre 2h37 pour un geste d'amour envers l'ex Palme d'or cannoise, matériau dont il s'empare pour en faire un projet personnel. On songe aussi aux univers de Larry Clark ou à Virgin Suicides dans cette vision anti-hollywoodienne des teenagers. Moins édulcoré qu'il en a l'air (en dépit d'une certaine mièvrerie dans certains passages), ce premier long métrage coup de poing est une véritable révélation et se doit d'être redécouvert.

Gérard Crespo


1h36 - Australie - Scénario, dialogues : Murali K. Thalluri - Photo : Nick Matthews - Musique : Mark Tschanz - Son : Leslie Shatz, Francis Lindsay - Interprétation : Teresa Palmer, Franck Sweet, Sam Harris, Charles Baird, Joel Mackenzie, Clementine Mellor, Marni Spilane.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS