Les Anges exterminateurs
The Exterminating Angels
Jean-Claude Brisseau
Quinzaine des réalisateurs

content

les anges exterminateurs

Pour porter un jugement esthétique sur Les Anges exterminateurs, il est indispensable de le situer dans la filmographie de Jean-Claude Brisseau. Rappelons que le cinéaste a été condamné en décembre à un an de prison avec sursis et 15 000 € d’amende pour harcèlement sexuel envers deux jeunes actrices à l’occasion de son précédent film. Les deux comédiennes reprochaient à Brisseau de leur avoir fait passer des essais érotiques avant de leur refuser le rôle.
Au premier degré, Les Anges exterminateurs apparaît comme un plaidoyer judiciaire puisque le réalisateur narre ses ennuis à la suite d’auditions très particulières. François, cinéaste, souhaite sélectionner des actrices en leur proposant des scènes de nu pour un film voulant cerner les transgressions à l’origine du plaisir. Une sorte de Catherine Breillat au masculin, plus porté sur une quête réflexive que la tentation libidineuse. Deux jeunes intrigantes se prêtent au jeu avec un zèle allant au-delà de son désir d’artiste, et s’immiscent dans sa vie privée. Visiblement perturbées sur le plan psychologique, elles se retourneront ensuite contre leur bienfaiteur qui tout comme Icare se rapprochant du soleil se sera entre temps brûlé les ailes. Le système de défense de Brisseau, par le biais de ce scénario, tient la route mais il ne faudrait pas limiter le film à un règlement de comptes juridique. Le film à thèse n’est pas le rayon d’un cinéaste plus proche de Truffaut que d’André Cayatte.


D’ailleurs, le metteur en scène ne se ménage pas lui-même. Les plans séquences où les deux actrices se livrent, seules ou ensemble, à des gestes explicites, sous l’œil complaisant de François, sèment le doute, mais la volonté de transparence du cinéaste lui fait marquer des points. Surtout, ce qui fait de cette œuvre bien plus qu’un projet autobiographique est l’atmosphère irréelle et onirique qui ouvre et clôt certaines séquences : anges annonciateurs du déroulement de l’intrigue, grand-mère fantômatique… On retrouve ici la veine du fantastique social de son chef-d’œuvre, De bruit et de fureur (1988), ce que rappelle d’ailleurs la brève apparition de François Negret. Les rapports ambigus entre les deux actrices et le cinéaste font aussi écho aux relations entre Vanessa Paradis et Bruno Cremer dans Noce blanche (1989) : de l’image  récurrente de la figure paternelle dans les jeux de pouvoir et de séduction…
Les cinéphiles n’ont pas à se substituer aux magistrats pour un jugement en appel mais il est permis de penser que les dix minutes d’applaudissements, spectateurs debouts, ont ouvert la voie à un sauvetage de Jean-Claude Brisseau par le cinéma.

Gérard Crespo


1h40 – France - Scénario : Jean-Claude Brisseau - Image : Wilfrid Sempé - Son : Georges Prat -Décors : Maria Luisa Garcia - Montage : Maria Luisa Garcia - Musique : Jean Musy - Interprètes : Frédéric Van Den Driessche, Maroussia Dubreuil, Lise Bellynck, Marie Allan.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS