Old boy
Oldboy

Park Chan-wook
Sélection officielle
Grand Prix
content


Séduisant par son scénario machiavélique et son intrigue à tiroirs, Old Boy est un polar efficace affaibli par une esthétique publicitaire. Second film de Park Chan-wook, il relate l'histoire d'une vengeance qui ferait passer l'héroïne de Kill Bill pour un personnage de Walt Disney.
Il faut dire qu'être enfermé sans raison pendant quinze ans dans une minuscule chambre avec un poste de télévision comme seul instrument d'ouverture sur le monde a de quoi rendre aigri ! Quand de surcroît le journal télévisé vous informe que vous êtes le principal suspect du meurtre de votre épouse, on comprendra votre désarroi. Mais que vous vous réveilliez sur le toit d'un immeuble avec un téléphone portable au bout duquel votre ex ravisseur vous nargue et vous fait jouer aux devinettes, cela ne peut plus durer... et se poursuit pendant 90 minutes.

A trop vouloir multiplier les morceaux de bravoure, le cinéaste se la joue “petit maîtreî et envoie de lourds clins d'œil à Tarantino (la séquence de la dent, qui n'aurait pas démérité dans Reservoir Dogs). Des références insistantes (Vertigo, Orange mécanique) plombent le récit plus qu'elles ne l'enrichissent et l'esbroufe du montage (les flash-back sur les années de lycée des protagonistes) relèvera du simple effet de style.
Quant au clinquant de la photo, ralentis et autres contre-plongées, ils rappelleront le look “clipî des années 80 (Beineix, Parker), ce qui n'est pas pour nous rajeunir... Reste que le dénouement est brillant et l'acteur Choi Min-sik (Ivre de femmes et de peinture) impressionnant. En définitive, ce petit film de série B, malgré ses boursouflures, est une curiosité qui se laisse voir et devrait trouver son public.

Gérard Crespo


1h59 - Corée - Scénario, dialogue : Hwang Jo-yoon, Im Joon-hyung, Park Chan-wook - Photo : Chung Chung-hoon - Décors : Yoo Seong-hee - Montage : Kim Sang-bum - Musique : Cho Young-wuk - Interprétation : Choi Min-sik, Yoo Ji-tae, Gang Hye-jung.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS