10e chambre - Instants d'audience
10th District: The Moments of Trials

Raymond Depardon
Sélection officielle
Hors compétition

content

Dix ans après Délits flagrants, Raymond Depardon a obtenu l'autorisation (exceptionnelle) de filmer les audiences de la 10e chambre correctionnelle de Paris où sont jugés des délits de vol, conduite en état d'ivresse, outrage à agent, infraction à la police des étrangers... La “vedetteî de ce documentaire est Michèle Bernard-Requin, première présidente, filmée en plans fixes, comme le sont les prévenus qui défilent, avec ou sans avocats, à la barre.
10e chambre apparaît d'abord comme une série de saynettes qui peuvent prêter à sourire, tant les accusés s'enfoncent et semblent complètement à côté de la plaque. Ainsi cette dame peintre, verbalisée pour alcoolémie, et qui déclare boire avec modération, ou ce jeune homme qui a tiré dans la rue avec une carabine calibre 12 achetée 250 euros à un inconnu : « Même le policier qui m'a arrêté m'a dit que je m'étais fait arnaquer », déclare-t-il.
Depardon ne se contente pas d'enregistrer. Sa technique du champ contrechamp et du montage donne à la fois une impression de « temps réel » et d'usine à justices, tant les cas semblent expédiés : « Affaire suivante ! » Parfois, le malaise s'installe. C'est cette jeune femme harcelée par son ancien ami et qui lance : « Il me bat encore dans mes rêves » ou ce sans-papiers qui écoute interloqué les conseils de la juge transformée un instant en assistante sociale.

Ici se pose en fait la question de l'authenticité des comportements des personnes filmées dans un documentaire. Si les prévenus semblent naturels (inquiets, mal à l'aise, empêtrés dans leurs contradictions et leurs mensonges), Madame le Juge prend parfois la pose ou en rajoute devant la caméra : son impatience (très drôle) devant la plaidoirie d'un avocat incompétent semblera un brin forcée. Mais elle montre ses multiples facettes, tantôt compréhensive et indulgente, tantôt moralisatrice et agacée : ainsi, lorsqu'un chercheur interpellé en possession d'un couteau de poche prend des notes, constate un vice de forme, et cite le Code pénal, elle se vexe et se réfugie dans des mots savants, avant de répliquer définitivement : « Vous n'allez tout de même pas m'apprendre le code ? »
Grand film de cinéma direct, 10e chambre est un peu à la justice ce que Štre et avoir fut à l'école il y a trois ans.

Gérard Crespo


1h45 - France - Photo : Raymond Depardon - Montage : Simon Jacquet - Son : Claudine Nougaret.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS