Abouna (notre père)
Our Father

Mahamat-Saleh Haroun
Quinzaine des Réalisateurs
content


Joli conte africain, Abouna a été réalisé par Mahamat-Saleh Haroun, cinéaste tchadien qui signera le très beau Daratt en 2006. Deux jeunes frères recherchent leur père disparu et entreprennent un parcours initiatique assez douloureux. Contrairement à Souleymane Cissé (Mali) ou Idrissa Ouedraogo (Burkina Faso), le cinéaste n'utilise pas la veine contemplative et métaphorique. Il se distingue aussi d'un Ousmane Sembene (Sénégal), maître de la palabre cinématographique. Haroun ancre son histoire dans le réel et peint avec délicatesse le contraste entre modernité et tradition, laïcité et religion, grande ville et petits hameaux.

Résolument réaliste (les pannes d'alimentation en eau, les messages radiophoniques), son approche est transcendée par un recul esthétique dont l'usage d'une très belle photographie. Sans doute l'oeuvre souffre-t-elle d'imperfections techniques et d'un scénario cousu de fil blanc mais le ton mélancolique de ce récit d'apprentissage distille une émotion réelle.

Gérard Crespo


1h25 - Tchad / France - Scénario : Mahamat-Saleh Haroum - Image : Abraham Haile Biru - Son : Marc Nouyrigat - Décor : Laurent Cavero - Musique : Diego Mustapha N'Garade - Montage : Sarah Taouss Matton - Interprètes : Ahidjo Mahamat Moussa, Hamza Moctar Aguid, Zara Haroun, Mounira Khalil et Koulsy Lamko.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS