Storytelling
Todd Solondz
Sélection Officielle
Un Certain Regard

content

 

Storytelling est le troisième des quatre longs métrages de Todd Solondz parvenus en France. Il fait suite à Bienvenue dans l'âge ingrat (1995), anti-teenage movie plutôt sombre et Happiness (1998), son plus gros succès, film choral déjanté mais formellement classique et pas toujours abouti.
Le film marque un tournant dans l'œuvre de Solondz. Plus éclaté, pince-sans-rire et subversif par son humour lugubre, il annonce l'époustouflant Palindromes (2004), son chef-d'œuvre à notre sens. Deux récits se succèdent sous la forme d'un dyptique corrosif sur une certaine classe moyenne américaine dont l'auteur fustige l'hypocrisie et l'étroitesse d'esprit. Dans Fiction, l'aventure sexuelle d'une étudiante en lettres et de son professeur noir aux tendances sado-masochistes distille un malaise assumé, le spectateur assistant au quasi-viol de la jeune fille. Dans Non fiction, un documentariste (Paul Giamatti) filme une famille composée d'un couple modèle (Julie Hagerty et l'excellent John Goodman), flanqué de leurs deux fils : l'aîné, adolescent, rêve d'une carrière dorée à la télévision tandis que le plus jeune, d'un bon chic bon genre trop apparent pour être honnête, finira par commettre un acte de délation d'un cynisme effroyable, avec le soutien de ses parents.

Le cinéma de la dérision tranquille sied à Solondz, qui excelle à peindre l'absurde et l'horreur infiltrés dans le quotidien normatif. Son univers, au carrefour d'un théâtre de Ionesco et de certains Buñuel, dépeint à merveille une micro-société névrosée, avec ses pitoyables donneurs de leçons et ses conformistes prêts à toutes les cruautés pour véhiculer leur système des valeurs. La caméra au scalpel scrute sans complaisance des personnages tant familiers qu'atypiques, et pourtant jamais une once de mépris n'apparaît dans le regard acidulé du cinéaste.
Todd Solondz occupe une place singulière dans le cinéma américain indépendant. Une rétrospective de son
œuvre peu prolifique permettrait sans doute de le faire (re) découvrir à un large public.

Gérard Crespo


1h23 - USA - Scénario et dialogues : Todd Solondz - Images : Fred Elmes - Musique : Belle & Sebastian - Montage : Allan Oxman - Décors : James Chinlund - Interprètes : Selma Blair, Paul Giamatti, John Goodman, Mark Weber, Noah Fleiss.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS