No Man's Land
Danis Tanovic
Sélection Officielle
content


 

Face à un sujet aussi casse-gueule, à savoir le conflit de Bosnie, le réalisateur s’en sort sans prendre de parti pris trop flagrant et en reste à des généralités sur la guerre, malgré un scénario intéressant. Le film est organisé autour de la confrontation en huis-clos (une tranchée entre deux fronts ennemis pour l’occasion, le fameux "no man’s land" du titre) entre un bosniaque et un serbe, puis un second bosniaque. Ce dernier se retrouve d’ailleurs allongé sur une mine et condamné à rester immobile pour ne pas sauter. Situation des plus délicates, qui ne manquera pas de provoquer quelques réflexions certes réalistes mais d’un goût douteux : « Putain, il faut que j’aille aux toilettes !
– Pisse-toi dessus.
– Non, mais ce n’est pas vraiment ça… »
Néanmoins, aucun des protagonistes n’a sa part d’héroïsme, ce qui situe d’emblée No man’s land dans la catégorie "antimilitariste". Hélas, la guerre et ses absurdités ont suscité des œuvres bien plus

fines et pertinentes et on ne peut manquer de
souligner les détails grossiers et maladroits qui parsèment le film : par exemple, l’administration militaire se voit violemment critiquée en la personne d’un officier qui semble beaucoup plus intéressé par la pulpeuse secrétaire assise sur son bureau que par la situation des pauvres bougres dans leur tranchée, dont on lui relate les péripéties par téléphone.
De plus, le réalisateur s’essaie à une âpre critique des médias, elle aussi plutôt simpliste et manichéenne, où les journalistes sont de féroces rapaces avides du "scoop". Mais la fin, témoignant d’un esprit des plus cyniques, nous épargne les larmoiements du genre, tout en restant juste. Hélas, ce film ne dénonce rien de particulier sur la guerre de Bosnie et la façon dont il aborde la guerre en général n’a rien de novateur et est sans virtuosité aucune.

Laure Protat et Laura Meyer.


1h38 - Bosnie - Scénario et dialogues : Danis Tanovic - Images : Walter Vanden Ende - Musique : Danis Tanovic - Montage : Francesca Calvelli - Décors : Dusko Milavec - Interprètes : Branko Djuric, Rene Bitorajac, Filip Sovanovic, Georges Siatidis, Katrin Cartlidge, Simon Callow.

ACCUEIL

RETOUR A LA LISTE DES FILMS