La Saison des hommes
(The Season of Men)
Moufida Tlatli
Sélection Officielle
Un Certain Regard


content

 

Si vous avez manqué le début...

À Djerba, Aïcha, âgée de dix-huit ans, a épousé Saïd qui travaille à Tunis onze mois par an. Dès la nuit de noces, Aïcha exprime le désir de rompre avec la tradition et d’aller vivre à Tunis. Jeune femme audacieuse et courageuse, elle propose de tisser des tapis pour gagner l’argent nécessaire. Saïd pose une condition : la naissance d’un fils. Les premiers temps, le retour des hommes est vécu comme une fête à laquelle le clan des femmes se prépare joyeusement : la pose du henné, le bain, les rires ; puis les années se succèdent, les désillusions ont gagné le cœur de Aïcha, Zeineb, Zohra, Fatma. Aïcha a accouché de deux filles, et la naissance d’Aziz ouvre les portes du rêve. Mais ce fils tant attendu porte en lui les déchirements de sa mère. Des années plus tard, Aïcha retourne avec Aziz, ses filles, la fidèle Zeineb, dans la vieille demeure de Djerba, “le Menzel”, pour comprendre le passé, retrouver la confiance, la paix et la sérénité...


 

 

Une affaire de femmes

Découverte à la Quinzaine des Réalisateurs en 1994 avec le très beau Les Silences du palais, la cinéaste tunisienne Moufida Tlatli poursuit son exploration d'un système patrilinéaire condamnant la femme à un rôle secondaire dans la cellule familiale. Le contraste entre la sérénité associée à la ville de Djerba et la triste réalité d'une soumission à l'autorité masculine est bien montré par l'alternance de huis-clos étouffants et de cadrages d'extérieur. Féministe sans être explicitement militant, le regard de la réalisatrice sur ces mères et épouses évite le piège de la lourdeur démonstrative et préfère filmer des caractères nuancés. On est loin du film à thèse des récits manichéens que furent Antonia et ses filles de Marleen Gorris et même L'Une chante, l'autre pas de Agnès Varda. Moufida Tlatli est plus proche du registre d'un Téchiné ou d'une Nicole Garcia. En dépit de quelques passages un peu trop esthétisants, cetteœuvre délicate constitue une bonne approche du cinéma nord-africain au féminin.

Gérard Crespo

 

-2h02 - Tunisie - Scénario et dialogues : Moufida Tlatli - Images : Youssef Ben Youssef - Decor : Khaled Joulak - Montage : Isabelle Devinck - Interprètes : Rabiaa Ben Abdallah, Sabeh Bouzouita, Ghalia Ben Ali, Ezzedine Guennoun, Galhia Ben Ali, Hend Sabri.

RETOUR À L'INTRODUCTION

RETOUR A LA LISTE DES FILMS