Je rêvais de l'Afrique
(I Dreamed of Africa)

Hugh Hudson
Sélection Officielle
Un Certain Regard


très content



 

Divorcée, Kuki vit à Venise avec son fils Emanuele. Elle réchappe d'un accident de voiture qui bouleverse son existence. Paolo, autre survivant du drame, lui propose de l'épouser et de partir avec lui en Afrique. Au Kenya, sur les traces du passé de Paolo, ils découvrent une terre fascinante et rude, peuplée d'animaux magnifiques. Même si les débuts sont difficiles, Kuki s'adapte et adopte son nouvel univers. Son quotidien est rythmé par les intempéries, les maladies, et la sécheresse...
Réalisateur de deux bons films des années 80 (Les Chariots de feu et Greystoke), Hugh Hudson touche ici le fond avec cette adaptation d'un récit autobiographique qui n'a aucunement sa place dans le premier festival du monde, surtout en clôture d'une manifestation voulant présenter "un certain regard".
Le regard présenté ici est celui d'un photographe de cartes postales (de Venise au Kenya), et jamais la moindre émotion romanesque ne vient nous faire vibrer dans cet ersatz de Out of Africa. Lacrymal et académique, le film participe de ce courant néo-colonialiste humanitaire chère à la bonne conscience occidentale et pose sur l'Afrique le regard condescendant du touriste occidental désireux de s'offrir un safari au Kenya tout en jurant contre ces satanés braconniers voleurs d'ivoire. Aucun regard politique, aucune analyse sociale : on se croit sorti de la projection d'un Tarzan des années 30, la féérie et le sens du spectacle en moins...

Kim Basinger, deux ans après son Oscar pour L.A. Confidential, se la joue Scarlett O'Hara mais jamais les péripéties téléphonées de son héroïne ne nous touchent. Le couple improbable qu'elle forme avec Vincent Perez n'arrange rien. Passe encore qu'une Américaine et un Français interprètent deux Italiens sous la direction d'un metteur en scène anglais : après tout, Visconti avait bien dirigé l'Anglais Bogarde et la Suédoise Thulin pour former un couple d'allemands dans Les Damnés ! Simplement, les deux comédiens manquent ici singulièrement de charisme, et ne sont certes pas aidés par une mise en scène de roman-photo et de clip publicitaire. Les fans de Kim mûrissante la préféreront dans 8 Mile ; quant au beau Vincent, ses admirateurs le retrouveront plus à l'aise dans Demain dès l'aube, plus que dans le calamiteux Fanfan la Tulipe.
Reste le plaisir d'admirer Eva Marie Saint trente ans après La Mort aux trousses, et cinq années avant Don't Come Knocking ; ainsi que le sentiment de passer près de deux heures sans prise de tête. C'est bien peu.

Gérard Crespo

1h54 - Etats-Unis - Scénario et dialogues : Paula Milne, Susan Shilliday - Images : Bernard Lutic - Décor : Andrew Sanders - Musique : Maurice Jarre - Montage : Scott Thomas - Interprètes : Kim Basinger, Vincent Perez, Eva Marie Saint, Liam Aiken, Daniel Craig, Garrett Stommen.

RETOUR À L'INTRODUCTION

RETOUR A LA LISTE DES FILMS