L'Ombre du vampire
(Shadow of the Vampire)

E. Elias Merhige
Quinzaine des Réalisateurs

très content

critique de Daniel Rocchia

 

On ne le dira jamais assez : le plus beau, le plus poétique et le plus effrayant film de vampires de toute l’histoire du cinéma demeure le Nosferatu tourné en 1921 par F.W. Murnau. C’est de ce postulat irrévocable que part le film de E. Elias Merhige, qui choisit de rendre un hommage pour le moins original au chef-d’œuvre du cinéaste allemand. Loin de l’ennuyeuse copie non conforme de Werner Herzog (1978), nous sommes ici dans une comédie grinçante qui choisit de raconter le tournage du film original, en s’inspirant d’une série d’anecdotes mytérieuses rapportées par les membres de l’équipe technique. Qui était l’acteur principal, ce Max Schreck que personne n’avait jamais vu sans son costume et son maquillage terrifiant ?

Un comédien de génie imprégné jusqu’aux ongles (longs) de la méthode Stanivlasky, un dangereux psychopathe, ou un vampire patenté engagé par Murnau pour disqualifier définitivement tout imitateur ultérieur? Shadow of the vampire ne cherche pas à ménager jusqu’au bout une quelconque ambiguité sur le sujet, et choisit l’hypothèse la moins vraisemblable, pour notre plus grand plaisir. A voir, ne serait-ce que pour comparer les réjouissants numéros de cabotinage de Dafoe-Nosferatu et Malkovich-Murnau.

Daniel Rocchia

1h33 - Grande-Bretagne / Etats-Unis - Scénario : Steven Katz - Images : Lou Bogue - Décor : Assheton Gorton - Son : Carlo Toss - Musique : Dan Jones - Montage : Chris Wyatt - Interprètes : John Malkovich, Willem Dafoe, Cary Elwes, Aden Gillet, Eddie Izzard, Udo Kier, Catherine McCormack, Ronan Vibert.

RETOUR À L'INTRODUCTION

RETOUR A LA LISTE DES FILMS