Nurse Betty
Neil Labute
Sélection Officielle
Prix du Meilleur Scénario


bof

critique de Marie-Jo Astic

 

Petite vie provinciale, petit boulot de serveuse dans une cafétéria, petit mafieux de mari : Betty n'a pas la vie dont elle rêvait. Sa générosité et sa grande bonté, elle aurait aimé les mettre au service de sa vocation d'infirmière et du vécu d'un grand amour partagé. Ce schéma idéal se déroule pourtant tous les jours sous ses yeux et sur son petit écran, où triomphent un soap mi- Feux de l'amour mi-Urgences. Sa fascination pour la série est telle que Betty y transpose sa propre existence et s'identifie totalement à l'héroïne, infirmière et amoureuse du Docteur David Ravell. Le jour où, à la suite de manœuvres douteuses, son mari est agressé – et scalpé ! – sous ses yeux par deux truands tout aussi ringards que lui, le décalage entre les mièvreries préférées de Betty et la dure réalité, la pousse à fuir cet univers qu'elle refuse être le sien. Elle part donc à la poursuite de son rêve, elle-même poursuivie par les deux affreux qui savent que Betty a été le témoin de leur crime.

Pourquoi cette histoire a-t-elle séduit le jury de Cannes au point de lui voter le prix du scénario ? Mystère… (Pour cela, il y avait par exemple The Yards de James Gray).
Pour le reste, un phénomène bizarre s'opère par lequel tout ce qui séduisait au début – l'humour, la dérision et la caricature, les situations extrêmes, la couleur des personnages et la parfaite interprétation qu'en font les acteurs – s'inverse pour finalement provoquer l'agacement. Betty est bien gentille et mignonne, mais elle n'en reste pas moins, du début à la fin, une gourde, victime consentante d'une des plus grosses âneries de l'univers télévisuel mondial. On est loin de la finesse d'analyse psychologique que Neil Labute pratiquait avec son tandem de En compagnie des hommes. Serait-il misogyne ? Finesse et intelligence pour les hommes, imbécillité incurable pour la femme. Réponse dans son prochain film.

Marie-Jo Astic

1h50 - Etats-Unis - Scénario et dialogues : John C. Richards, James Flamberg - Images : Jean-Yves Escoffier - Décor - Jeffrey Kushon, Charles Breen - Musique : Rolfe Kent - Montage : Joel Plotch, Steven Weisberg - Interprètes : Renée Zellweger, Morgan Freeman, Chris Rock, Greg Kinnear, Tia Texada, Aaron Eckhart, Pruitt Taylor Vince.

RETOUR À L'INTRODUCTION

RETOUR A LA LISTE DES FILMS