Les Harmonies de Werckmeister
(Werkmeister Harmonies - Werckmeister Harmoniak)

Béla Tarr
Quinzaine des Réalisateurs

bof

critique de Gérard Crespo

 

Cinéaste hongrois dont les films ne sont guère parvenus dans les salles commerciales, Béla Tarr a alterné films sociologiques souvent joués par des non professionnels et films de facture plus traditionnelle. Les Harmonies de Werckmeister a été présenté en version originale hongroise sous-titrée anglais, sans doute pour rendre davantage obscure une œuvre déjà fort hermétique. Le spectateur doit en effet constamment aiguiser son attention s'il souhaite saisir les attentions du scénario.
L'action se situe dans un pays indéterminé et lugubre. Un jeune garçon de course, qui s'extasie sur le miracle de la création, tourne en rond entre les sinistres bâtiments de sa bourgade, rencontre un vieil homme adepte d'une nouvelle théorie musicale ainsi qu'une baleine morte installée sur

la grande place... Une foule de vandales ornés de bâtons mettra ensuite à sac un hôpital de la ville.
Sans doute Béla Tarr (auquel une poignée de cinéphiles illuminés vouent, paraît-il un culte secret) a-t-il voulu montrer l'ordre et le chaos comme composantes essentielles du monde. Fallait-il pour autant 2 heures 30 pour filmer (dans leur durée) les déambulations interminables de ses personnages et pour nous faire ressentir la consistance poisseuse des lieux ? Des plans-séquences très longs qui chez Tarkovsky ou Angelopoulos entraîneraient une fascination certaine semblent ici tourner à vide. Même l'apparition (très courte, certes) d'Hanna Schygulla ne déclenche pas l'étincelle de magie que l'on était en droit d'attendre.

Gérard Crespo

2h25 - Hongrie / Allemagne / France - Scénario : Lázló Krasznahorkai , Béla Tarr, d'après “Melancholy of the Resistance” de Lázló Krasznahorkai - Images : Gábor Medvigy - Son : György Kovàcs - Musique : Mihàly Vig - Montage : Agnes Hranitzky - Interprètes : Lars Rudolph, Peter Fitz, Hanna Schygulla.

RETOUR À L'INTRODUCTION

RETOUR A LA LISTE DES FILMS