53e Festival International du Film

Un temps pour tout

fil conducteur

Chansons du deuxième étage
(Sanger Fran Andra Vaningen - Songs of the second floor)

Roy Andresson
Sélection Officielle - Prix du Jury ex-æquo
content
 

Raconter Chansons du deuxième étage relève de la gageure : succession de tableaux statiques (un seul mouvement de caméra sur 1h40!), dialogues minimalistes et décalés, intrigue réduite à la portion congrue - j'en vois déjà qui se défilent. Mais voilà, ce film est un petit chef-d'œuvre ! D'abord parce qu'il impose avec une ma”trise confondante une règle stylistique, et en tire des ressources infinies. Roy Anderson est un génie du cadre, un peu à la manière des primitifs du muet, au temps du théâtre filmé, mais avec des relances expressives admirables d'originalité et d'invention. Par ailleurs, le film se trouve paradoxalement dynamisé par cette caméra statique. La dérision, l'humour pessimiste et inquiet, la poésie très kafkaïenne des scènes qu'il juxtapose s'en trouvent étonnamment amplifiés.

Le monde absurde d'Anderson est le nôtre, mais la caméra ne va pas à sa recherche : elle fonctionne un peu comme une bonde dans laquelle notre univers quotidien vient s'engouffrer. On n'y prend pas garde sur le moment, mais dix minutes d'un plan fixe réglé au cordeau suffisent à nous faire mesurer le volume de nos ridicules cosmiques et de notre pathétique besoin de sens devant un lendemain millénariste particulièrement alarmant. Jamais lenteur n'aura été aussi alerte, et jamais alerte ne s'est énoncée aussi lentement. Courez-y donc!


Daniel Rocchia

1h40 - Suède - Scénario et dialogues : Roy Andersson - Images : István Borbás, Jesper Klevenas - Musique : Benny Andersson - Montage : Roy Andersson - Interprètes : Lars Nardh, Stefan Larsson, Hanna Eriksson, Peter Roth, Klas Gösta Olsson.